Bienvenue à Shi'Telara, bienvenue au cœur de la cité-monde.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Un petit-déjeuner riche en surprise [PV A'lana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Sombre Rose

XP : 142


Journal Personnel
Alliance : Neutre
Capacités & Magie :
Relation :



Silhissa◊ Sombre Rose ◊


MessageSujet: Un petit-déjeuner riche en surprise [PV A'lana] Mer 24 Juil - 21:33

Le réveil s'était fait plus tôt que prévue et avait été particulièrement mouvementé. Recevoir sa nièce, l'Impératrice ne pouvait être pris à la légère même si je savais qu'elle me pardonnerait les écarts. Pour l'occasion, les serviteurs aux services de ma famille avait fait le grand ménage, tout avait été repassé, dépoussiéré et décoré avec soin et de ma chambre, je percevais encore l'agitation qui régnait dans les couloirs, des valets qui couraient d'un bout à l'autre des pièces, des femmes de chambres qui s'empressaient d'ajouter les dernières finitions et surtout l'odeur alléchante des cuisines qui tournaient à plein régimes.

Après une énième galopade dans le couloir jouxtant à ma chambre je me décidais à activer la cadence à mon tour. Assise à ma coiffeuse, une brosse à la main, je tentais d'ordonner mon abondante chevelure ébène, passant les crins entre les mèches afin de retirer les nœuds. J'appréciais ce petit moment que je passais en tête-à-tête avec moi-même, un moment de paix, de clame, sans soucis. Je posais à la brosse sur le précieux meuble et glissa une main sur la chevelure soyeuse, satisfaite du résultat.

On toqua à ma porte et j'invitai mes dames de chambres à pénétrer mes quartiers d'une voix claire. Celles-ci s'empressèrent d'entrer et de refermer la porte derrière elle de peur qu'un homme ne puisse me voir en robe de chambre. Elles s'inclinèrent et commencèrent leur travail, tournant autour de moi, l'oeil acéré. Je me déshabillai et leurs indiquait la tenue qui me plairait pour cette matinée. Elles s'empressèrent de la sortir de l'immense armoire acajou qui prenait pratiquement une partie d'un mur de la chambre et entreprirent de me la revêtir, pendant que d'autre soignait ma coiffure.

Durant une bonne demi-heure, je fus malmené entre les mains habiles, mon corset fut serré pour affiner un peu plus ma taille déjà mince, on lassa ma robe dans le dos et l'on s'assura qu'elle retombait correctement autour de mes jambes. On s'assura que les mesures étaient toujours les bonnes, quitte à rafistoler un point par-ci par là. Pendant ce temps, une demoiselle, tirait, enroulait, croisait plusieurs mèches de cheveux pour en faire tresse, boucles, en torsades en un chignon stylisé. Elle piquait de temps à autres des perles immaculé et nacré qui ressortait dans tout ce noir. Quant la torture prit enfin fin, on me laissa m'admirer face à l'immense miroir qui permettait d'avoir une vue d'ensemble.

Ma robe, d'un violet presque identique à celui de mes iris afin de les faire ressortir, était faite dans une superposition de soie et de tulles vaporeux. Les épaules dénudées, les manches tombaient le long de mes bras, légèrement plus longues que ceux-ci, ne laissant ainsi qu'apparaître le bout de mes doigts. Un décolleté prononcé, retenue par des chaînettes d'argents mettaient en valeur ma poitrine légèrement comprimer par le corset. Enfin, une traine d'un bon mètre, suivait mes pas, glissant silencieusement sur le sol derrière moi. Ma coiffure quant à elle présentait un chignon stylisé d'où retombaient quantité de mèches le long de mon dos ou encadrant mon visage.

Je félicitai mes suivantes, qui satisfaites à leurs tours, me présentèrent plusieurs coffres à bijoux. Je choisis une parure d'améthyste pour égayez mon cou et passait quelque bagues aux doigts. Cimmara, couché sur le lit, observait de ses yeux claires toute cette agitation, l'esprit encore indolent et embrumé par le sommeil.

Je finis enfin par sortir de la chambre et me dirigeai vers la large et somptueuse salle à manger ou se déroulerait en premier un petit-déjeuner puis le déjeuner. Les lustres de cristaux avaient pour l'occasion été récurés comme jamais et une nappe blanche recouvrait le bois précieux de la table. À mon approche, les serviteurs s'inclinèrent et attendirent un geste de ma part pour se remettre au travail. Mon majordome et accessoirement, dirigeant de tous ce petit monde, s'approcha, l'air satisfait.

- Vous êtes radieuse ma Dame, comme toujours.

Il s'inclina avant de reprendre.

- Tout a été fait comme vous l'avez demandé, l'Impératrice devrait arriver incessamment sous peu, mais il reste encore le temps d'aller voir les plats si cela vous intéresse.

Je hochai la tête et le suivis jusqu'au cuisine, incitant une nouvelle fois les personnes présentes à reprendre leur travail. Sur la table au centre se trouvait quantité de pain au lait, au chocolat ou fourré de fruit confis ou de confiture de différentes sortes. Des beignets attendaient d'être mangé et des pots de confitures de tous les goûts d'être ouvert. Des jus de fruit reposaient dans des pichets en cristal au côté du lait ou de différents coulis. Cimmara ne put s'empêcher de se lécher les babines devant cette profusion de nourriture et l'odeur qui s'échappait du four promettait d'autre met plus alléchant encore.

Un gamin débarqua dans la cuisine, manquant de nous rentrer dedans avant de se rendre compte que j'étais présente. Il s'inclina à la hâte et annonça à bout de souffle que l'Impératrice s'avançait dans l'allée aux côtés de ses propres serviteurs et amis. Le message fut comme un coup de fouet pour le personnel qui activa leur travail.

Nous sortîmes des cuisines pour nous diriger vers le hall d'entrer et patientâmes jusqu'à ce que la délégation apparaisse devant les doubles battants de la porte. Avant qu'on ne puisse toquer, mon majordome vient ouvrir et s'inclina respectueusement. Je m'approchais à mon tour, allai saluer ma nièce comme il se devait et n'accorda qu'un signe de tête à ses suivants, découvrant ainsi qui l'avait suivit pour cette fois et qui allait manger aux frais de ma famille. Je reconnus entre les personnes présentes quelques ministres et conseillés ainsi que la Gardienne dans son armure, toujours présente et vigilante auprès de sa protégée. Je lui accordai un signe de tête accompagné d'un sourire, de tous, mise à part l'impératrice, elle était celle en qui j'accordais le plus ma confiance.

- Entrez donc, ma demeure est la vôtre ma nièce, j'espère qu'elle vous plaira encore.

- Je n'en doute pas, ma tante, répondit doucement l'Impératrice.

Je m'effaçai de l'entrée pour la laisser passer puis les guidai vers la salle commune au vu du petit déjeuner. Intérieurement je souriais, le simple fait d'échanger les liens qui nous unissaient rappelait aux hypocrites qui la suivaient où il se trouvait et je remerciai silencieusement ma nièce d'avoir merveilleusement bien répondu, comme on le lui avait apprit.


-- ♠ Silhissa's Thème ♠ --



Les Secrets de la Fonda :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gardienne de l'Impératrice

XP : 172


Journal Personnel
Alliance : Impériale
Capacités & Magie :
Relation :



A'lana Briselan◊ Gardienne de l'Impératrice ◊


MessageSujet: Re: Un petit-déjeuner riche en surprise [PV A'lana] Jeu 25 Juil - 0:52

A'lana se retenait de bailler. Elle avait du se lever encore plus tôt ce jour-là. Quand l'Impératrice était impatiente, elle ne dormait pas. Et A'lana devait se lever à la même heure qu'elle. Elle avait déjà beaucoup de chance de ne pas devoir la garder la nuit... Elle aurait déjà sauté par-dessus la Muraille. Ce boulot était épuisant, et peu intéressant, mais comptait énormément pour sa famille. C'était un honneur d'être la Garde rapprochée de l'Impératrice et A'lana avait eu beaucoup de chance d'avoir su se démarquer des autres Chevaliers.

Pourtant quelque chose avait changé chez elle. Avant, elle regardait durement, paraissait forte. Depuis son séjour dans les souterrains du Temple de Telara, elle avait le regard triste, comme si elle avait perdu son assurance pourtant légendaire. Elle sursautait à chaque fois qu'un homme s'approchait un peu trop d'elle et dormait horriblement mal.

Elle été rassurée que l'Impératrice ne lui ait pas reprocher d'être en armure. Elle aurait aimé arboré une belle robe pour une occasion comme celle-ci... Mais elle ne pouvait pas se montrer devant Dame Silhissa souillée comme elle l'était... Il n'aurait pas été correct de montrer sa gorge déformée par les brûlures. Elle avait donc gardé sa grosse armure par dessus sa robe bleue, l'ayant toutefois décoré d'arabesques bleues issues de sa magie. Sa poitrine enfermée ainsi la faisait souffrir mais cela importait peu. De toute façon, chaque geste, chaque fois que son vêtement frottait son corps meurtri elle serrait les dents pour ne pas grogner de douleur. Elle avait tout de même soigné sa coiffure, en un chignon décoré de broches et de perles bleues.

A'lana observa la magnifique bâtisse qui se dressait devant elle. Alors c'était ça le Manoir des Valdheim's... Pas de toute, on devinait immédiatement leur place dans la société en posant les yeux sur ce riche bâtiment. L'Impératrice marchait légèrement devant la jeune Gardienne. Derrière elles, les serviteurs, ministres et conseillés. La jeune fille n'était pas très à l'aise. Elle n'aimait pas débarquer chez quelqu'un pour manger puis s'en aller. Elle n'était là que pour garantir la sécurité de sa protégée mais celle-ci avait insisté pour qu'elle participe.

Silhissa était à l'entrée pour accueillir sa nièce. Elle était sublime, dans une magnifique robe violette faisant ressortir ses yeux améthystes. Elle accorda à la Gardienne un signe de la tête avec un sourire qu'elle rendit en inclinant la tête en signe de respect.

- Entrez donc, ma demeure est la vôtre ma nièce, j'espère qu'elle vous plaira encore.

- Je n'en doute pas, ma tante.

La femme s'écarta de l'entrée pour laisser ses invités rentrer. Alors que l'Impératrice se dirigeait déjà sûrement vers la salle commune, A'lana resta un moment à la hauteur de la grande femme et s'inclina une nouvelle fois, plus rapidement.

- Je vous prie de m'excuser pour ma tenue peu convenable pour la situation.

Elle s'empressa ensuite de rejoindre sa protégée. La jeune fille observa les lieux. Silhissa avait une demeure absolument divine, digne des plus grands seigneurs. Elle devait être très fière de son Manoir. Une grande table était dressée, et recouverte d'un draps blanc. Les invités prirent place et A'lana hésita jusqu'à ce que l'Impératrice lui fasse signe de s'asseoir près d'elle. Elle se posa donc à sa droite, réservant la place à sa gauche pour sa tante. Une fois que tout le mode fût assit, les serviteurs de Dame Silhissa apportèrent les boissons et les mets. Tout semblait délicieux. Silhissa n'avait rien négliger, que ce soit dans la présentation que dans la qualité des vivres.

La jeune fille savourait d'avance ce petit-déjeuné. Pourtant, alors que tout le monde entamait, tantôt se servant un pain à la confiture, tantôt se servant un des nombreux jus de fruit, A'lana ressentit comme un malaise. Elle se dit tout simplement qu'elle n'osait pas se servir ainsi. A droite à gauche, les conversations commençaient et la Demoiselle était de plus en plus mal. Elle avait chaud et transpirait beaucoup, mais ce n'était pas du à son armure. Par réflexe, elle se tînt le bas ventre. Peut-être était-elle indisposée. Non... elle le sentirait... Alors quoi? L'odeur de nourriture, censée allécher la jeune fille lui donnait au contraire la nausée. Ses yeux lui piquaient et sa bouché était pâteuse. Elle pâlissait à vue d’œil.

Elle entendit quelqu'un lui demander si elle allait bien, sans savoir qui, toutes les voix se turent et les regards se tournèrent vers elle. Non... Elle ne devait surtout pas, elle devait se contrôler, rester humble, ne pas laisser transparaitre sa faiblesse. C'était ce qu'elle se répétait mais elle le sentit. Elle allait dégorger... Elle prit une grande inspiration, écarquilla les yeux et serra la table de toute la force de ses doigts. Elle eût un effort désespéré pour se retenir mais n'y arriva pas et tourna la tête sur la droite et régurgita sur un des conseillés de l'Impératrice. Celui-ci hurla et se leva pour ne pas être davantage touché. L'odeur était atroce. N'ayant rien mangé, la seule chose de ressortit ne fût que de la bile. Une fois mieux, A'lana s'écroula.

Elle ne savait si c'était parce qu'elle se sentait malade, ou si c'était parce qu'elle était horriblement gênée d'avoir pour ainsi dire gâché le petit déjeuné, d'avoir souillé un conseillé et le mobilier de Silhissa, mais elle ne se relevait plus. Elle tremblait. Pour quelqu'un qui devait se montrer forte, c'était raté. Si elle avait pu disparaître à cet instant elle l'aurait fait.


Mon Badge:
 


Ma presta~Mes liens, RP's, Quêtes et Propositions de liens~Mon thème
A'lana d'après Silhe & moi IRL:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre Rose

XP : 142


Journal Personnel
Alliance : Neutre
Capacités & Magie :
Relation :



Silhissa◊ Sombre Rose ◊


MessageSujet: Re: Un petit-déjeuner riche en surprise [PV A'lana] Jeu 25 Juil - 21:34

Le petit-déjeuner servi, les discussions allèrent bon train. Assise à la gauche de ma nièce, j'échangeai avec elle diverses anecdotes tout en étalant une couche de confiture sur un pain au lait. Malgré mon apparente concentration sur ce que me racontait l'Impératrice, j'observai du coin de l'œil les différents convives, leurs manières de parler, de manger, de bouger. Certain regardait avec suspicion la nourriture qui s'étalait devant eux alors que d'autre bien au contraire, se remplissait la panse, quitte à la voir exploser. Ces nobles parasites, sans le sous et qui s'invitaient chez les autres en liant des amitiés branlantes et à court terme.

Je me servis un jus de baie particulièrement acide, mais que je raffolais et portait la coupe à mes lèvres, souriant une nouvelle fois à une blague que me proposa un convive. Rare était ceux qui osaient me parler de face et la plupart utilisait d'ailleurs ses derniers comme intermédiaires pour me faire passer leurs messages. Cela m'amusait cependant, les regards craintifs ou mauvais qui me détaillaient quand je semblai concentrée ailleurs.

- Et vous savez, continua un autre, il voulut prendre un fruit pour prouver à l'Empereur qu'il était tout à fait mangeable. Quand il a croqué, celui-ci était pourris, imaginer sa tête déconfite.

La table pouffa à l'anecdote t je m'obligeai à ajouter mon propre rire.

- On se demande qui des deux étaient pourris, le fruit ou celui qui la mordu.

- Hin hin, il est vrai qu'il ne sait plus quoi inventer pour rester à la cour, tout le monde le sait pourtant que sa famille n'est plus aussi riche qu'auparavant.

- Ils sont pauvres, aussi pauvre que les mendiants de Nereyan.

Certain s'offusquèrent qu'un noble soient ainsi comparé à un mendiant et pas pour son honneur. Que faisait-il donc à la cour ? Les langues de vipères allèrent bon train.

- Parlons-en de Nereyan, on raconte que les Rebelles si cache.

- Vermine, Nereyan tout entier mériterait d'être dératisé, les Rebelles en premiers.

- Exactement, des petits malins qui tentent de jouer aux seigneurs, han, dehors, que veulent-ils y faire. On devrait exaucer leurs souhaits.

- Vraiment?, s'indigna une dame.

- Exactement, on les balances par-dessus la muraille.

Une nouvelle vague de rire englua l'atmosphère, apportant une note de nostalgie en mon esprit. Mon attention fut cependant portée vers la Gardienne qui jusque là n'avait pas touché à la nourriture. Son teint pâle semblait cacher quelque chose et un mal-être se lisait dans ses yeux. Je continuai de l'observer du coin de l’œil, attendant de voir l'avancer des choses. A vrai dire, il fallait l'avouer, c'était une nouveauté bienvenue dans ce genre de discussion puéril.

Le voisin de cette dernière s'inquiéta lui aussi. Sa pâleur attira bientôt l'attention de tous. Elle fut secouée d'un spasme, pencha la tête et régurgita sur son voisin dont l'expression d'horreur n'aurait pu être plus explicite de ce qu'il pensait en cet instant. La gardienne s'effondra, tremblante et en sueur. Je me levai de mon siège et fit signe à plusieurs servantes de s'avancer. Deux d'entre elles vinrent s'enquérir de l'état de santé de la convive, une autre tenta de faire disparaître la tâche du pourpoint du ministre qui venait de faire les frais de sa voisine de table.

- Montez là dans une chambre d'amie, indiquai-je à mes serviteurs.

Ils hochèrent la tête et les femmes demandèrent du renfort auprès des valets afin de la transporter le plus délicatement possible. Je les vis disparaître au détour d'un couloir et soupirai, dépité en apercevant les teintes peu agréables qui décoraient à présent la nappe blanche et le parquet reluisant. Malgré les efforts que feraient les serviteurs pour faire disparaître tout cela rapidement, la journée resterai souillé par ce spectacle. Pire que ça, on pourrait croire que la famille Valdheim ne sert que des plats périmé, voir une tentative d'assassinat.

- Je vous en pris de m'excuser pour ce petit désagrément, annonçais-je à mes convives, les bras écartés en signes d'apaisement. Continuons là où nous nous en sommes arrêtés.

- Oui ma tante, cela ne fait rien mes amis.

L'Impératrice reprit sa place et relança une discussion avec art.

- Je vais aller voir ce qui se passe, tu n'as pas à t’inquiéter, lui chuchotai-je discrètement.

Je m'écartai de la table, rapidement rejoint par mon majordome.

- Continuez, continuez donc, la journée est loin d'être finit et tellement magnifique, ne la gâchons pas.

J'empruntai le couloir par où avait disparu la malade et fis signe au maître des serviteurs.

- Tu vas de suite me vérifier la date d'échéance et la qualité de TOUS les produits qui ont été utilisés pour ce repas, est-ce claire ! Et surtout, tu vas m'assurer que cet incident ne restera pas dans les mémoires ! Dépêche-toi !

- Ce sera fait selon vos désirs ma Dame, répondit-il en s'inclinant et en choisissant un chemin différent du mien.

Je trouvais rapidement la chambre qui avait été utilisée et pénétrait à l'intérieur. D'un geste, je renvoyai les personnes présentes qui refermèrent soigneusement la porte derrière elles sans poser de question avant que je ne m'avance vers la fenêtre. Je me retournai afin de lui faire face, le regard légèrement courroucé.

- Je me souviens vous avoir dit que votre tac pourrait faire fureur en diplomatie. J'ai peut-être oublié de préciser que je préférerais que ce ne soit pas en ma demeure que vous démontriez ce talent, l'image rendue à ma famille risque de s'en voir terni, une chose que je n'apprécie guère.

Je replaçai une mèche de cheveux à sa place d'un geste irrité.

- Il va me falloir des explications, de solides explications.


-- ♠ Silhissa's Thème ♠ --



Les Secrets de la Fonda :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gardienne de l'Impératrice

XP : 172


Journal Personnel
Alliance : Impériale
Capacités & Magie :
Relation :



A'lana Briselan◊ Gardienne de l'Impératrice ◊


MessageSujet: Re: Un petit-déjeuner riche en surprise [PV A'lana] Jeu 25 Juil - 23:37

- Montez là dans une chambre d'amie.

C'était la voix de Dame Silhissa. La jeune fille sentait qu'il y avait beaucoup de mouvements autour d'elle. Enfin elle se sentit transporter. Elle garda les yeux clos, ayant peur de dégorger à nouveau en se voyant balancée. Délicatement, on la déposa sur un lit. Des femmes peinèrent à ôter la lourde armure de la jeune fille. La jeune Gardienne n'était pas mécontente, elle respirait enfin. Une des servantes eut un mouvement de recul en voyant la gorge de la jeune fille mais celle-ci détourna le regard pour ne pas voir celui plein de jugement de la bonne femme. Un gant humide fut déposé sur le front d'A'lana qui tremblait toujours. On recouvrit son corps d'un drap fin jusqu'à ses épaules.

Silhissa pénétra dans la chambre et d'un geste fît déguerpir les servantes. A'lana sentit immédiatement la tension dans la pièce. Elle eût soudainement mal et se tînt le bas ventre, alors que la chef de la famille Valdheim si dirigeait vers la fenêtre. La jeune Gardienne aurait presque supplié qu'on ne la laisse pas seule avec elle... Bien qu'elle soit une alliée, A'lana avait gâché sa réception et elle savait que ça allait chauffer pour elle. Lorsque tout le monde fut sortit et qu'il ne restait plus que les deux femmes, Silhissa fit face à A'lana, et semblait très mécontente...

- Je me souviens vous avoir dit que votre tac pourrait faire fureur en diplomatie. J'ai peut-être oublié de préciser que je préférerais que ce ne soit pas en ma demeure que vous démontriez ce talent, l'image rendue à ma famille risque de s'en voir terni, une chose que je n'apprécie guère. Il va me falloir des explications, de solides explications.

A'lana était pétrifiée. Elle ne savait pas quoi répondre à la femme, elle-même ne savait pas ce qu'elle avait... Elle se tenait toujours le ventre, terrorisée par la voix énervée de cette femme si puissante. Elle arrivait à faire un tel effet sans même user de sa terrifiante magie et A'lana n'imaginait même pas ce que sa magie lui ferait alors... La jeune fille se redressa et s'assit, laissant le drap tomber sur ses jambes. N'ayant aucune réponse, aucune explication, le jeune Chevalier baissa les yeux. Mais dès qu'elle vu sa poitrine marquée du mot "hérésie", les douloureux souvenirs lui revinrent. Sans qu'elle s'en rende compte, des larmes trempèrent ses joues. Elle commença alors à parler d'une voix peu assurée et tremblante.

- Je... Je ne suis plus celle que vous avez rencontrée...

Façon de parler, bien sûr qu'elle était encore A'lana Briselan, mais elle n'était plus la jeune femme forte, pleine d'assurance, bourrée d'arrogance ne reculant devant aucun défis et sachant se maîtriser devant les pires situations pour ne pas montrer ses peurs. Or dans les yeux de la jeune fille, il n'y avait plus que de la peur. Elle reprit :

- Vous avez peut-être eu vent de mon récent enlèvement... Valantar Manoghan... Le Maître Inquisiteur. Il déteste la famille impériale et... pour raison que je ne peux vous expliquer il me déteste également, d'autant plus que je suis Chevalier Dragon...

Non, elle ne pouvait pas parler de sa sœur, pas même à Silhissa. Les conséquences pourraient être trop grave pour sa jumelle. Elle la protègerait quoiqu'il arrive. De toute façon, la femme n'avait pas besoin de connaître ce détail pour savoir ce qui a bien pu arriver à A'lana. Et plus elle continuait dans son récit, plus elle avait peur de ce qui aurait bien pu la faire régurgiter.

- Dans les souterrains du Temple de notre Déesse... Je me suis faite torturés par cet homme...

Pour souligner ses propos elle sortit des draps, se sentant un peu mieux physiquement. Elle montra le haut de sa poitrine, complètement déformé ; elle souleva sa robe et désigna du doigt le mot "Trahison" sur sa cuisse. N'étant pas vampire comme E'lara, elle ne cicatrisait pas bien. Elle n'était pas gênée de se montrer à la femme. De toute façon, c'était ça ou subir son courroux. En plus des brûlures des fers chauds, elle avait les cicatrices des carreaux d'arbalètes dans la cuisse, l'épaule ou encore le ventre. Elle angoissait de se rappeler de la suite. Elle déglutit bruyamment avant de poursuivre.

- Il est ensuite partit me laissant en pâture à ses subordonnés... Ils... ils m'ont...

Elle fut coupée par un sanglot et portant sa main à sa bouche, encore horrifiée de ce qu'on avait pu lui faire. Chaque fois qu'elle était allongée, elle revoyait les trois hommes abusant d'elle. Elle prit son visage dans ses mains ne pouvant aller plus loin dans sa description, éclatant en sanglot. Elle espérait que Silhissa comprenne, qu'elle ne l'oblige pas à le dire. Maintenant qu'elle y pensait... Et si l'acte ignoble qu'on avait eu sur elle était la cause de ses nausées? Non... Elle n'osait même pas penser à ça... Elle serait... enceinte...?


Mon Badge:
 


Ma presta~Mes liens, RP's, Quêtes et Propositions de liens~Mon thème
A'lana d'après Silhe & moi IRL:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sombre Rose

XP : 142


Journal Personnel
Alliance : Neutre
Capacités & Magie :
Relation :



Silhissa◊ Sombre Rose ◊


MessageSujet: Re: Un petit-déjeuner riche en surprise [PV A'lana] Ven 26 Juil - 21:56

- Je... Je ne suis plus celle que vous avez rencontrée...

Cette phrase résonna tel un écho lointain, un passé oublié, un passé... enfouis. Tout dans sa façon d'être prouvait que la jeune fille que j'avais vu autrefois, celle qui avait un regard fier, la tête haute était aujourd'hui... brisée ?

- Vous avez peut-être eu vent de mon récent enlèvement... Valantar Manoghan... Le Maître Inquisiteur. Il déteste la famille impériale et... pour raison que je ne peux vous expliquer il me déteste également, d'autant plus que je suis Chevalier Dragon...

Oui, l'affaire avec Valanthar Manoghan. Ma nièce avait refusé de m'en parler, la famille impériale avait rapidement essayé de rendre cela discret puisqu'elle était impliquée de par le rang de la Gardienne. J'avais horreur de ne pas être au courant de ce qui se passait au sein de la cité, d'ignorer les remous, les rumeurs même infondées. Mon regard se fit plus intéresser, attendant la suite des évènements, le visage toujours aussi imperceptible.

Elle me conta ce qui lui était arrivé, me montra les marques qui souillaient à présent son corps : "Hérésie", "Trahison" marquées au fer rouge sur une chaire blessée et un corps salit par la douleur. Un châtiment horrible, une sensation terrible infligée par un homme abject. Valanthar Manoghan, maître-inquisiteur, un homme qui ne m'inspirait que dégout, à la botte de la Divine. Cette dernière savait-elle seulement ce que ses subordonnés faisaient subir aux fidèles ? Telara le savait-elle aussi ?

Cette cité était pourrie jusqu'à son coeur, elle permettait ce genre d'atrocité, rien ne pouvait cautionner cela. Je serrai les poings, une idée grandissant dans mon esprit, une idée qui avait germé il y a longtemps et qui prenait trop d'ampleur pour que je l'ignore. J'avais des choses à accomplir, des choses que je ne pouvais faire dans l'état des choses et je ne le supportai plus.

« Ne fais pas ça » murmura doucement Cimmara à la frontière de ma conscience.

Je l'ignorais, la détermination bouillonnant en moi, étouffée depuis trop longtemps.

« Tu ne pourras plus reculer après cela »

Je souris et penchais la tête.

- Vous souvenez-vous de notre discussion, je vous avais révélé détester l'empereur. Je n'ai pas tout dis, je hais cette cité, ces murs qui m'emprisonnent.

Je défis ma coiffure, laissant retomber mon abondante chevelure librement le long dans mon dos et m'avançai jusqu'à la Gardienne avant de poser mes deux mains sur son visage. Je l'obligeai à me regarder par ce geste.

- Je ferai tomber la tête de celui qui a osé vous faire cela, mais en échange... prenez bien soin de ma nièce, je ne pourrais plus le faire moi-même.

Je me reculais et m'avançai jusqu'à la porte avant de lui faire part de quelque indication.

- Rhabillez-vous, nous partons.

Je m'élançai, mes pas résonnèrent dans les couloirs, ma robe se soulevait au rythme de ma course. Je me sentais revivre, un sentiment oublié depuis longtemps, trop longtemps où j'errais tel une ombre. Je pensais pouvoir tirer un trait sur tous cela mais je compris mon erreur. Je ne pouvais pas, pas tant que tout serais terminé, avec moi. A'lana - et pour la première fois, je l'appelai par son nom et non par son titre - me rappelais ce que moi-même avais subi, la douleur, la peur, la haine pour ceux qui nous font cela.

Je débarquai dans ma chambre et m'empressai de faire mon sac, casant rapidement des vêtements de rechange pratique, mes armes, mes fioles de poison et plusieurs bourses contenant mon argent. Je jetai ma robe et mes bijoux au sol, attrapait l'une des tenues légères que j'utilisai lors de mes missions et me rhabillais à la hâte.

- Que faites-vous ?

Je sursautai, comme un enfant pris la main dans le sac en train de faire une bêtise. Sabrë se tenait dans l'encadrement de la porte, la mine soucieuse, Cimmara à ses côtés.

- Elle m'a parlé, elle m'a révélé vos intentions. Pourquoi ?

- Je n'ai pas le temps de t'expliquer, je repris mon rangement, refermait mes sacs et les jetai sur mes épaules avant d'accrocher l'étui de Vipère à ma ceinture, mon arbalète dedans.

Je fis face à ma nièce et m'approchait d'elle avant de l'enlacer. Je la sentis se raidirent, elle qui n'avait pas l'habitude, puis accepter l'étreinte et me la rendre avec autant de force.

- Prend soin de toi Sabrë, je te laisse la famille, fait en sorte de lui faire honneur bien mieux que moi et ne la laisse pas disparaître.

- Je le ferais.

Je reculais de quelque pas et lui souris.

- Je t'emprunte ta Gardienne un temps, nous partons la venger de ce qui lui fut fait.

L'Impératrice hocha la tête et s'écarta de la sortie, m'offrant là un magnifique cadeau.

Je repris le chemin inverse et revins dans la chambre d'ami, courant jusqu'à la haute fenêtre que j'ouvris en grand.

- Je m'en vais, déclarais-je, j'ai des choses à faire, des vieilles histoires qui n'attendent qu'une fin, mais avant cela je veux vous remercier.

Je tournai un regard intense vers le chevalier.

- Vous m'avez aidée à revivre, ce que vous avez subit vous empêchera de le faire, il faut abattre le mal à la source et je vais vous rendre la pareille.

Cimmara sauta de la fenêtre et atterit souplement au pied de celle-ci, attendant que je la rejoigne.

- Allons abattre le mal qui vous a fait cela.... A'lana.

Je n'avais plus l'habitude de laisser les sentiments reprendre le dessus. Mon coeur battait à tout rompre à l'idée de l'avenir qui m'ouvrait ses bras et je n'avais qu'une hâte, m'y blottir.

Etre libre, aussi longtemps que possible...

... ou mourir en essayant.


-- ♠ Silhissa's Thème ♠ --



Les Secrets de la Fonda :
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gardienne de l'Impératrice

XP : 172


Journal Personnel
Alliance : Impériale
Capacités & Magie :
Relation :



A'lana Briselan◊ Gardienne de l'Impératrice ◊


MessageSujet: Re: Un petit-déjeuner riche en surprise [PV A'lana] Sam 27 Juil - 0:00

La femme écouta le récit d'A'lana avec intérêt. Elle semblait dégoutée par ce qu'on avait osé faire à la jeune fille. Silhissa était pensive. Elle serra les points, et avait le visage de quelqu'un qui prenait une grande décision. Le genre de décision décisive pour la vie. A'lana étant très jeune n'avait pas encore eut l'occasion d'avoir une telle conversation avec elle-même. Peut-être bientôt si jamais elle était vraiment entrée dans une grossesse... Finalement, semblant avoir prit sa décision, la femme sourit en penchant la tête sur le côté.

- Vous souvenez-vous de notre discussion, je vous avais révélé détester l'empereur. Je n'ai pas tout dis, je hais cette cité, ces murs qui m'emprisonnent.

Oui elle se souvenait parfaitement, elles avaient toutes deux partagées leur point de vue sur celui qui était actuellement sur le trône. Ce que venait de lui révéler Silhissa ne l'étonna pas. Elle-même, volant à dos de Dracila avait déjà rêvé de quitter la cité. Mais son devoir était plus important que ce dont elle rêvait, c'était ainsi qu'elle avait été éduquée. N'avoir des rêves ou des ambitions que dans le sens de la famille Impériale. Alors comme ça Silhissa voulait tout abandonner pour vivre sa vie, et plus celle qu'on attendait d'elle. C'était fort courageux. La femme s'approcha d'A'lana et lui prit la tête dans les mains, l'obligeant à la regarder.

- Je ferai tomber la tête de celui qui a osé vous faire cela, mais en échange... prenez bien soin de ma nièce, je ne pourrais plus le faire moi-même.

A ces mots les joues de la jeune fille fragile se trempèrent un peu plus. Elle avait des alliés. Et pas n'importe lesquels. De puissants alliés. Et Silhissa était de ceux qui tenaient parole. A dire vrai, un des type lui ayant fait cela avait déjà la tête coupée, merci à E'lara. Mais celui qui était vraiment responsable de son était, c'était cette raclure de Maître Inquisiteur, même si elle comptait bien exterminer sa troupe d'Inquisiteurs malfaisants. D'une voix douce elle déclara :

- Mon devoir était déjà de protéger votre nièce. Je donnerai ma vie pour elle. Vous pouvez me faire confiance. Je suis au service de votre noble famille depuis ma plus tendre enfance.

Comme le lui avait inculqué son père et sa mère à elle comme à E'lara même si cette dernière ne pouvait plus vraiment être à son service. Dès qu'elle fut en âge de comprendre ce que disait ses parents, A'lana avait voué son existence à son entrainement pour pouvoir protéger son Impératrice. Silhissa se dirigea vers la porte et demanda à la jeune fille avant de s'en aller :

- Rhabillez-vous, nous partons.

Elle ferma la porte et A'lana se leva, déterminée. Elle entreprit de remettre sa robe correctement, l'époussetant légèrement, puis replaça les lourdes parties de son armures, enfermant à nouveau son corps dans sa carapace. Elle se résolut à rester forte au moins pour cette quête. Après, elle s'accordera un temps de relâchement où elle mettrait au placard son apparence de femme méchante pour laisser apparaître la jeune fille fragile qu'elle pouvait être. Elle replaça sa ceinture de fioles de sang autour de sa taille et les compta pour être sûre. Chaque fiole avait son important et elle se donnait du mal pour prélever du sang frais. En chaussant ses solerets de fers, elle vérifia que sa dague s'y trouvait bien. Elle rangea son anneau d'immatérialité dans une petite bourse à sa ceinture et enfin attrapa E'lara.

Elle testa son tranchant en se coupant le doigt. En regardant le sang coulé, elle imagina un instant la gorge de Valantar tranchée même si un autre châtiment lui aurait bien plut. Elle frissonna en repensant aux crocs de sa sœur, si près du cou de ce monstre. Elle était si prête à lui transmettre son était de vampire ainsi que sa maladie. Cela aurait été tellement jouissif pour A'lana de le voir couvert de honte, déshonoré et traqué comme on le faisait pour sa sœur. Mais cela représentait en même temps un grand risque. Si ce malade se mettait à mordre tout le monde aussi facilement qu'il criait à l'hérésie, la Dyfanae prendrait une ampleur catastrophique.

Alors qu'elle pensait à tout cela en rangeant son épée, Silhissa revînt, habillée plus légèrement, et sûrement plus confortablement. Elle ouvrit la fenêtre en grand et déclara :

- Je m'en vais, j'ai des choses à faire, des vieilles histoires qui n'attendent qu'une fin, mais avant cela je veux vous remercier.

Elle se tourna vers A'lana. Une étincelle brillait dans son regard, elle semblait avoir un objectif, un but incroyablement important enfin à sa portée, elle semblait avoir reprit goût à la vie.

- Vous m'avez aidée à revivre, ce que vous avez subit vous empêchera de le faire, il faut abattre le mal à la source et je vais vous rendre la pareille.

La jeune fille était incroyablement touchée par ce qu'elle venait d'entendre. Elle posa son poing sur sa poitrine et s'inclina, signe énorme de respect aux yeux du Chevalier hors salutation. Une louve d'un blanc immaculé sauta par la fenêtre ouvert et semblait attendre Silhissa. Elles étaient sûrement très complice.

- Allons abattre le mal qui vous a fait cela.... A'lana.

Cette dernière hocha la tête et attendit que la femme rejoigne sa magnifique créature et A'lana sauta à son tour après avoir siffler. Elle atterrit directement sur la selle de sa dragonne qui avait bien heureusement répondu à son appel. Elle maîtrisait maintenant parfaitement son reptile en vol et prenait plaisirs à faire de nombreuses acrobaties pendant leur temps libre. D'un looping elle atterrit près de Silhissa et de sa louve, attendant que la femme embarque. Pour ce qui était de la louve, il était plus prudent pour elle que Dracila la prenne dans ses bras pendant le vol.

Celui-ci se passa sans accroc et elles arrivèrent toutes à destination rapidement. A'lana se souvenait parfaitement du chemin... Elle y avait laissé énormément de sang. Elle conduisit Silhissa à la salle de torture et elle se rendit compte que rien n'avait été nettoyé depuis la dernière fois. Les cadavres pourrissaient de partout et elle reconnu ceux de ses violeurs. Elle paniqua d'ailleurs en voyant que l'un d'entre eux portait deux trous à son coup, trace du passage de sa sœur. Elle espérait que Silhissa ne le verrait pas. Ses narines étaient agressées par l'odeur de chaire en décomposition et une nouvelle nausée la prit. Elle régurgita à nouveau, mais prenant soin de le faire loin de sa partenaire et de sa louve. En reprenant ses esprits elle murmura :

- Je crois qu'il ne reviendra pas ici...


Mon Badge:
 


Ma presta~Mes liens, RP's, Quêtes et Propositions de liens~Mon thème
A'lana d'après Silhe & moi IRL:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé◊ ◊


MessageSujet: Re: Un petit-déjeuner riche en surprise [PV A'lana]

Revenir en haut Aller en bas

Un petit-déjeuner riche en surprise [PV A'lana]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Petit déjeuner en chambre - Summer
» [libre] Un petit déjeuner ?
» -16 /!\ Un petit déjeuner coquin [PV. Natsu & Tayla] {Terminé}
» Nicholas a rendez-vous avec Noah pour un petit déjeuner, père et fils...
» Petit déjeuner studieux [Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shi-Telara, la Cité-Monde :: Alabrena la Haute :: ¤ Quartier Résidentiel ¤-