Bienvenue à Shi'Telara, bienvenue au cœur de la cité-monde.
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez|

Ô mon petit paquet, que contiens-tu mon beau paquet? [pv Riha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Freelancer au Coeur Pur

XP : 51


Journal Personnel
Alliance : Neutre
Capacités & Magie :
Relation :



Nearian Dyfried◊ Freelancer au Coeur Pur ◊


MessageSujet: Ô mon petit paquet, que contiens-tu mon beau paquet? [pv Riha] Jeu 27 Juin - 9:44

Il ne fait pas bon. De gros nuages sombres et menaçants ont couvert le ciel de l’après-midi. Le vent s’est levé et souffle assez fort. Le temps est humide et chaud. Ça sent trop l’orage. Tu n’aimes pas cet air, ni ce tapis infini de nuages noirs qui semblent annoncer à tout moment une pluie drue et tiède sur Shi-Telara. Quelques tonnerres résonnent au loin, comme voulant avertir la populace.
 
En cette après-midi, personne n’a la motivation de sortir de chez lui, sauf ceux qui y sont obligés. Il n’y a que quelques personnes quand tu traverses les rues. Tu as du boulot. Pour une fois, on t’a appelé, et c’est rare. D’habitude, il faut que tu proposes tes services dans la rue pour trouver du travail, mais là, ce n’est pas pareil. Tu as reçu une lettre qui dit qu’il faut que tu viennes dans un domaine pour prendre un objet important et l’emmener dans une autre maison assez loin. Tu te demandes bien pourquoi la personne qui t’a employé ne s’en charge pas elle-même. Ce n’est pas si dur de marcher en tenant quelque chose dans les mains ! Tu hausses les épaules, il n’a peut-être plus la possibilité de se déplacer. Tu es naïf Nearian, comme toujours. Tu es toujours habillé de ta tenue de freelancer et Yphah, ta compagne, vole autour de toi joyeusement. Tu la regardes virevolter en souriant comme un enfant. C’est une journée normale, elle t’aide à oublier le temps maussade, car elle a bien vu que tu n’aimais pas ce temps.
 
Tu arrives devant la porte de la grande maison. Tu connais toute la Cité-Monde par cœur, les moindres ruelles, les moindres chemins, tu as déjà tout exploré. C’est bien pratique, tu le sais. Tu frappes à la porte, l’aigle se pose sur ton épaule, tranquille, sans bouger. Après un temps qui ne t’as paru long, mais qui l’était, quelqu’un t’ouvre. Un vieux monsieur mais qui semble encore avoir toute sa force. Tu lui fais un grand sourire alors qu’il te dévisage, semblant s’assurer que c’est bien toi. Il jette un coup d’œil dans ton dos.
 
-Entre, vite, dit-il d’un ton grave.
 
Tu hoches la tête et lui emboîte le pas dans la demeure. Elle est bien grande et jolie, des gens vraiment riches. Des paillettes illuminent tes yeux, tu sais que jamais tu n’auras ça. Le vieux monsieur te laisse dans l’immense hall. Tu regardes les alentours en attendant tranquillement. Yphah s’envole et se pose sur le lustre, observant tranquillement la prochaine scène. Il fait mort, il n’y a rien qui bouge, sauf toi qui t’approche comme un enfant des vases précieux et des plantes, curieux. Heureusement que tu sais qu’il ne faut toucher à rien chez les étrangers, tu aurais déjà renversé beaucoup de choses.
 
Le temps passe, tu ne t’en rends pas compte, mais ton compagnon si, et lui s’impatiente. Tu l’ignores, tu sais que tu vas pouvoir nourrir ta famille une bonne semaine avec ce que tu vas recevoir. Mais tu as fini par explorer tout le hall et tu n’as plus rien à faire. Alors tu t’amuses à soulever des plantes avec ta magie. Enfin tu as voulu, puisque trois personnes sont revenues juste avant. Le vieux monsieur habillé avec des habits coûteux, un homme qui doit faire ton âge et un autre qui doit être entre les deux. Ils sont assez beaux, tu les regardes intensément. Un grand sourire aux lèvres, tu les regardes s’approcher. Le vieux tient un gros paquet enveloppé dans un morceau de tissu foncé, le tout ficelé pour que ça tienne en place.

-Monsieur Dyfried c’est bien ça, t’interpelle l’homme du milieu.
 
-Oui, mais appelez-moi Nearian, ça ne me dérange pas, tu réponds avec entrain.
 
-Oui oui, passons. Voici le colis. Tu l’amènes à cette adresse (il tend un morceau de papier plié), tu ne t’arrêtes pas, tu ne parles à personne et surtout, tu n’ouvres pas le paquet ! Fais attention au colis, il est très important. Ta prime sera à l’endroit indiqué.
 
Tu hoches la tête vigoureusement, ça a l’air vraiment important ! Tu mets le papier dans ta sacoche, tu le liras après. Ces gens-là ont l’air pressé, ils te regardent de haut. Tu te sens un peu vexé, mais bon, ce sont tes patrons du jour, c’est normal après tout. Le vieux te tend le paquet, il n’est pas encore trop encombrant et ne semble pas très lourd. Tu le mets sous ton bras et tourne les talons en sautillant. Ne jetant pas plus de regards à tes employeurs. Tu en as fini avec eux. L’argent très important pour ta famille se trouve à ton arrivée. Yphah te suit, elle, par contre, est restée assez longtemps pour entendre quelques paroles de trois hommes.
 
« Vous croyez qu’il arrivera à bon port ? Ce voyage ne sera peut-être pas tranquille.»


« Bien sûr, il est réputé pour toujours arrivé à ses fins, il ne devrait pas se faire tuer.»
 
Tu aurais peut-être dû tendre l’oreille pour savoir ce qui t’attend, mais ce n’est pas grave, ta compagne elle, est avertie. Tu sors et la porte se ferme à ton passage. Le temps est toujours aussi mauvais. Un tonnerre gronde au loin, il semble se rapprocher. Tu soupires et ouvres le papier pour prendre connaissance de l’objectif. Ce n’est pas très loin. Tu décides de prendre les ruelles, c’est plus rapide. C’est inconscient de ta part, c’est dangereux là-bas, enfin, tu ne t’en rends pas compte toi, évidement.
 
Tu sifflotes sur le chemin, tu connais le chemin comme le fond de ta sacoche et tu ne t’arrêtes pas. Tu tiens bien en main le paquet. Et toi, gentil comme tu es, tu ne cherches même pas un petit peu à savoir ce que c’est, non, on t’a dit de ne pas le faire. Les ruelles sont encore plus sombres que les autres rues, mais tu vois très bien dans l’obscurité, ce n’est pas comme si c’était important. Il n’y a personne pour l’instant, c’est pratique. Tu te serais bien envolé avec le paquet pour aller plus vite, mais le temps ne t’inspire pas confiance du tout, et tu restes tel que tu es.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pleureuse Invisible

XP : 75


Journal Personnel
Alliance : Neutre
Capacités & Magie :
Relation :



Riha◊ Pleureuse Invisible ◊


MessageSujet: Re: Ô mon petit paquet, que contiens-tu mon beau paquet? [pv Riha] Ven 28 Juin - 10:49

"Riha ! Viens ici !"

Altior, malgré le temps maussade qui règne dehors, semble plutôt heureux. Il fait un grand sourire, marche d'un air presque dansant et accueille presque à bras ouvert la jeune Ath qui se présente devant lui, les joues mouillées par les larmes qui coulaient à flot le long et son air plutôt neutre, voir presque rancunier. Il la regarde, elle l'observe, il prends un papier posé sur la table, le lit dans un murmure presque imperceptible puis il  finit par lâcher le papier, qui s'envole et finit par brûler dans le feu de la cheminée. Sans doute des informations qu'il avait achetées en échange de ses fameuses potions de vérité. Le maître de Riha était riche, très riche, et gagner de l'argent ne semblait pas le lasser, mais il aimait également collecter des informations auprès des Ombres, pour rester dans la course. L'information , c’est le pouvoir, après tout. Il finit par déclarer

"On va faire des achats."

***

Riha se retrouvait dans une riche propriété. Comme toujours, les instructions de son maître sont très précises et couplé avec sa capacité d'être invisible et son talent presque naturelle à être aussi discrète que possible, elle entrait dans la maison, laissait ses petits doigts se balader sur les bijoux ou autres objets de valeur et les cachaient dans un sac qui se trouvait à l'intérieur de la maison, dans un endroit où les résidents vont peu. Tout cela  se déroulait alors que les habitants sont dans leur propre demeure, se demandant parfois où ils ont bien pu ranger tel et tel objet. Cependant, contrairement à d'autres fois, Altior attendait à l'extérieur, sous une fenêtre de la maison qu'il savait peu fréquentée et attendait patiemment que celle-ci s'ouvre et que des objets précieux tombent du ciel. C'est ça, qu'il appelle " faire des achats". Dans sa tête, il comptait tout ce que ces objets pouvaient lui rapporter, à qui il pouvait les vendre et ce qu’il pourrait faire avec cet argent.  Ambitieux ? Oui. Et c’est plus une qualité qu’un défaut, quand on fait du commerce avec n’importe qui. Lors d’une de ses nombreuses ouverture de fenêtre et lorsque elle fit tomber le sac remplit, Altior demanda

« Tu ne l’as pas trouvé ? »

« Riha a trouvé l’objet que le maître de Riha cherche, mais Riha ne peut pas le prendre car les résidents ne quittent pas des yeux l’objet que Riha doit prendre »

Il ne semblait nullement surpris, les informations qu’il avait reçu avait été assez claire là-dessus et c’était tout à fait normal que même sa voleuse favorite ne puisse pas le prendre en un tour de main. Il fallait attendre le moment opportun. Altior fit un signe de main à Riha pour signifier que les courses étaient terminée. Celle-ci, toujours invisible car elle buvait discrètement les larmes qui coulaient le long de ses joues sur instruction de son maître, descendit les escaliers et se retrouva en pleine réunion. Il y avait quatre hommes, d’âge visiblement différent et l’un deux tenait le colis que Riha devait récupérer. Toujours aussi silencieuse et surtout toujours aussi invisible, la jeune fille tourna autour du groupe, écoutant attentivement et remarquant finalement une étrange bête qu’elle n’avait jamais vue. Elle se contenta de le regarder pendant un court instant, le trouvant fascinant puis revenait immédiatement sur sa mission. Le jeune homme, qui se trouvait en face des hommes, partait d’ailleurs, le précieux paquet à la main et Riha s’empressa de le suivre avant qu’on ne ferme la porte.  Elle retourna ensuite auprès de son maître et lui expliqua brièvement la situation. Il finit par répondre en emportant tout les sacs.

«Je rentre et tu le suis. Tu essayes de récupéré le colis durant son trajet. Reste invisible pendant toutes ta mission et soit discrète surtout. »

Il réfléchit un moment, puis il sourit, une idée lui traversait l’esprit

« Tu peux le harceler, si tu veux.  »

Riha fit un oui de la tête, même si cela ne se voyait pas puisque elle était transparente et se mise en marche à un rythme soutenue, pour retrouver ce mystérieux inconnu. Heureusement, elle connaissait les ruelles.

Pour que la transparence soit totale, Riha ne portait aucun vêtement. Sa peau transparente était ainsi exposée à l’air libre et il n’était pas rare que la jeune fille avait froid. Cependant, son maître lui avait interdit de trembloter, claquer des dents ou encore de gémir quand sa peau était trop glacé et très obéissante, elle ne faisait rien et subissait. Elle avait juste ses larmes pour pleurer. Larme qu’elle buvait régulièrement pour qu’elle reste invisible, le temps de sa mission. La ruelle était sombre et le jeune homme était définitivement seul, sans doute n’avait-il par remarqué sa présence. C’était le cadre idéale pour pratiquer les instructions de son maître. Le dos de Nearian, Riha avait entendu le prénom du jeune homme pendant la petite conversation, était exposé. La jeune fille se mise donc à courir, comme si elle prenait de l’élan pour faire le grand saut et, une fois à porté, elle arma son poing et essaya de poster un coup dans le bas du dos, usant brièvement de son pouvoir qui lui permettait d’avoir une force légendaire malgré son petit gabarie. Toucher ou pas,  elle n’attendait pas de le savoir, elle continuait dans sa course, toujours aussi transparente et alla se réfugier  dans une allée non loin de là. Elle en profita pour porter sa langue à ses joues pour recueillir le précieux liquide salé qui la gardait invisible de tous et pris le temps de respirer profondément . C’est ça, que Altior appelait harceler. Le but était de rendre fou les personnes et, coïncidence, la seule chose qui avait changée entre maintenant et tout à l’heure , c’était le colis. Une personne normale ou même un peu timide ou superstitieux l’aurait immédiatement lâchée et serait partis sans demander son reste. Après, ce n’était pas la même réaction chez tout le monde. Riha posa donc une main sur le mur, pencha sa tête , quittant son abri temporaire et attendait de voir la réaction de Nearian


Dernière édition par Riha le Mar 2 Juil - 19:13, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freelancer au Coeur Pur

XP : 51


Journal Personnel
Alliance : Neutre
Capacités & Magie :
Relation :



Nearian Dyfried◊ Freelancer au Coeur Pur ◊


MessageSujet: Re: Ô mon petit paquet, que contiens-tu mon beau paquet? [pv Riha] Dim 30 Juin - 20:11

Tu sifflotes joyeusement alors que tes pas te mènent petit à petit à ton objectif. Tout va bien, ce n’est pas encore le soir, la luminosité est assez élevée pour ne pas te presser. Tu te doutes que quelque chose se passera lors du trajet, après tout ce n’est qu’une simple livraison sans importance, même si tes employeurs avaient l’air sérieux et graves, tu ne pensais pas que quelque chose arriverait.

 
Et pourtant, seul dans les ruelles, un sourire aux lèvres, tu ne fais pas attention à quoique ce soit. Tu vois très bien dans le noir et les ruelles sombres ne t’inquiètent pas. C’est pour ça que, toute garde baissée, tu ne t’attends pas du tout à recevoir un coup puissant dans le dos venu de nulle part. Tu perds l’équilibre, la douleur fuse dans ta colonne vertébrale. Tu pars en avant mais tu ne tombes pas, le colis que tu sers très fort contre toi n’est pas tombé. Et heureusement, sinon tu aurais été bien triste d’annoncer ça à tes patrons provisoires. Tu te redresses et regarde derrière toi. Il n’y a personne, étrange. Tu ne peux pas voir les agresseurs invisibles, tu ne te doutes même pas d’un potentiel agresseur. Tu hausses les épaules, des larmes chaudes coulent sur tes joues. Ça fait mal, beaucoup trop mal pour toi Nearian qui n’a pas l’habitude de souffrir autrement qu’en se transformant. Tu tires la langue, tu as mal, mais ça ne t’empêche pas de sourire et de continuer  la route. Tu as l’air d’un fou à pleurer tout en souriant. Mais c’est plus fort que toi, tes glandes lacrymales semblent être très sensibles et une douleur pareille les fait couler automatiquement. Tu gémis d’un air ennuyé, tu détestes la douleur, c’est insupportable. Tu courbes le dos, tu sens que tu vas avoir un bleu, le dos n’est pas une partie protégée par des morceaux d’armures, tu as reçu le coup comme si on t’avait frappé à même la peau.
 
Tu continues ta route en te demandant quand même ce qu’il s’est passé. C’est vraiment étrange, tu te dis que ce doit être une pierre, mais tu n’en as pas vue, puis tu te dis qu’elle a peut-être rebondi, ou alors c’était un sort perdu, quelque chose comme ça. Tu ne peux pas envisager qu’il s’agisse d’une personne qui te veut du mal, ce serait impossible, personne ne te veut du mal, c’est juste inconcevable, tu ne fais rien de mal, tu livres un objet, c’est tout. D’ailleurs tu ne veux toujours pas savoir de quoi il s’agit, on t’a dit de ne pas regarder, tu ne regardes pas. A croire que ton obéissance à plus d’influence que ta curiosité pourtant bien développée. C’est incroyable, un vrai petit animal de compagnie. Tu es vraiment prêt à tout faire le mieux possible pour recevoir le plus d’argent et faire vivre ta petite famille dans le besoin. Ils ont besoin de toi, tu ne peux pas faillir à ta tache.
 
C’est pour ça que tu continues, sans aucune crainte, vers ton but, tu ne vas abandonner pour un simple coup, certes bien puissant pour ton corps maigre trop fragile. Tu es déterminé, surtout quand l’argent est assez conséquent pour nourrir durablement ta famille, ce qui n’est pas toujours le cas. Tu dois même te priver de manger certaines fois. C’est aussi à cause de ça que tu es trop maigre et que tu n’as que de rares muscles. Ton dos te fait souffrir, mais ce n’est pas ça qui va t’arrêter, loin de là. Et puis toute manière, ça va vite passer, ce n’est que passager. Et tu te dis ça alors que tu verses encore quelques larmes qui semblent cesser petit à petit, heureusement. Tu te redresses également, ta cape turquoise comme tes yeux virevolte à cause du vent, tes épées tintent les unes contre les autres et te rappellent encore une fois qu’elles sont là et que tu peux te défendre, au cas ou. C’est vrai que ça pourrait être utile, même si tu ne le sais pas encore, tu en auras surement besoin plus rapidement que tu ne le penses…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pleureuse Invisible

XP : 75


Journal Personnel
Alliance : Neutre
Capacités & Magie :
Relation :



Riha◊ Pleureuse Invisible ◊


MessageSujet: Re: Ô mon petit paquet, que contiens-tu mon beau paquet? [pv Riha] Mar 2 Juil - 8:54

Riha, cachée partiellement derrière un mur et totalement par sa capacité unique observait le jeune homme se relever, tenant toujours le paquet et il semblait déterminé à continuer son chemin sans le lâcher. D'ailleurs, le jeune homme souriait en pleurant. Cela ne choquait pas totalement l'Ath voleuse qui pleurait presque en permanence, mais c'est vrai qu'elle ne souriait pas autant que Nearian. Ce détail n'était pas si important, il fallait qu'elle récupère le colis, sur ordre de son maître. La fillette respire profondément, attend qu'il passe devant elle sans qu'il est le moindre doute que quelqu'un soit présente dans cette ruelle adjacente puis elle recommença à le suivre, sa langue passant régulièrement sur les fines gouttes salées qui tombaient de ses yeux. Elle hésitait à recommencer son petit tour de tout à l'heure, mais elle savait d'expérience que les individus se faisaient rarement avoir deux fois et , dans l'hypothèse qu'il se doute que quelqu'un le suit, il pourrait être plus méfiant et donc, plus sur ses gardes. Que faire ?

Rester dans la même idée, mais en utilisant un autre stratagème. Cependant, cette fois, il fallait qu'elle récupère le colis. Si elle le harcelait trop, il pourrait devenir plus dangereux. Et si cela ne marchait pas, il faudra attendre qu'il livre son colis pour le voler après, en espérant que cela soit faisable. De toute façon, elle n'avait pas vraiment le choix. Son maître lui avait donner un ordre et, sauf s'il lui ordonnait de rentrer, Riha ne pouvait tout simplement pas revenir dans sa maison. Elle avait été fabriqué de cette façon et éduqué selon cette loi, elle ne pouvait pas aller à l'encontre de ces principes, du moins, c'est ce qu'elle croyait. Elle recommença donc à le suivre, mais cette fois, elle passa devant lui, marchant à reculons pour mieux observer. Ce petit manège ne dura pas très longtemps, c'était surtout pour être sûr de l'endroit où se trouvait le colis, ce dernier n'étant pas spécialement caché.

Une nouvelle fois, elle pris de l'élan et, face à lui, elle courut sur une courte distance avant de lui sauter dessus pour le faire tomber au sol. Riha ne savait pas se battre, c'était une voleuse professionnelle avec une capacité plus qu'utile surtout dans cette profession. D'ailleurs, elle n'était pas vraiment formé pour l'affrontement, plutôt pour la fuite et si elle se retrouvait au-dessus du jeune homme, toujours transparente, ce n'était que pour prendre le paquet qui semblait avoir beaucoup d'importance pour le maître. Cependant, son poids ne pouvait pas être caché et elle devait être définitivement repéré, ou, du moins, le jeune homme devait se douter qu'il y avait quelqu'un sur lui. La jeune fille avait pris le risque pour essayer de s'emparer du colis en essayant de bénéficier de nouveau de l'effet de surprise. D'ailleurs, elle avait les mains agrippées dessus et essayait de l'arracher à Nearian.

[Un peu court, désolé ^^", mais il y a plus d'action (excuse bidon)]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freelancer au Coeur Pur

XP : 51


Journal Personnel
Alliance : Neutre
Capacités & Magie :
Relation :



Nearian Dyfried◊ Freelancer au Coeur Pur ◊


MessageSujet: Re: Ô mon petit paquet, que contiens-tu mon beau paquet? [pv Riha] Dim 21 Juil - 16:56

Continuer ta route, sans se soucier du reste, c’est tout ce dont tu as besoin pour te rendre à l’adresse prévue. Tu la répètes inlassablement dans ta tête innocente pour être certain de ne pas oublier. La douleur lancinante dans ton dos te ralentit, mais pas assez pour que cela soit vraiment handicapant. Tes larmes cessent peu à peu de couler. En effet, tu as beau pleurer facilement, ce n’est pas pour cela que tu pleures longtemps. Tu serpentes entre les rues, nullement inquiété par une quelconque menace, il ne peut pas en avoir d’après toi, ce n’est qu’un simple objet, ou autre chose tu n’en sais rien, et tu t’en fiches, que pourrait-il bien t’arriver alors que tu vas conduire cette chose à un endroit qui ne te semble pas dangereux non plus ? Rien, rien du tout.

 
C’est alors que, sans que quoique ce soit ne puisse t’avertir de cette attaque, tu te retrouves projeté au sol, comme si quelqu’un t’avais sauté dessus. Ta tête heurte les pavés et tu grimaces en fermant un œil. Qu’est-ce que ça peut être ? Tu as beau regarde en face de toi, tu ne vois que parfaitement bien les ruelles sombres désertes. Mais pourtant un peu pèse sur ton corps fragile et tu te doutes que cela soit une simple impression. Alors que tu t’apprêtes à te relever, la douleur vrillant dans ta tête, de nouveau les larmes aux yeux, tu sens ton colis, que tu avais gardé contre toi par reflexe, se met à vouloir s’en aller comme s’il possédait une volonté propre. Tu l’agrippes plus fort, ne comprend rien du tout, sauf une chose, ton paquet veut partir. Mais tu ne peux pas le laisser faire, même s’il a décidé de bougé tout seul ! C’est ta mission, tu ne peux imaginer un seul instant abandonné l’objet sans résister un peu, ou beaucoup. Car, Nearian, quand il s’agit de rendre service, tu es têtu comme une mule, tu n’abandonneras jamais, pas avant d’avoir tout essayé, et même, tu trouveras toujours un moyen de faire quelque chose pour accomplir ta mission. Tes doigts se referment sur l’objet, le tenant fortement contre toi.
 
Mais quelle est cette chose assise sur toi qui essaye de te voler ton paquet ? Une personne ? C’était fort possible, très probable. Ca ne pouvait être que ça, ou un animal, mais quel animal avait des pouces opposables et voudrait voler un paquet qui ne contenait à priori pas de nourriture ? Aucun, à coup sûr. Aucun animal sauvage en tout cas. Mais malgré ça, tu penches plutôt sur une personne. Une personne qui essaye de profiter de la surprise pour lui voler son colis très important. Mais tu es toujours un Shyn et tu as un minimum de réflexe, surtout dans ces situations-là. L’étonnement est passé, et tu réfléchis très rapidement pour trouver une solution. Tu es faible, ta douleur danse dans ta tête et les larmes menacent de couler à chaque instant. Pourtant, tu gagnes en maturité dès que l’occasion de prouver ta valeur et ta détermination se pointe.
 
C’est forcément de la magie, il y a une personne invisible sur ton ventre, et elle essaye de te voler. Tu dois réagir Nearian ! Tes doigts faiblissent alors que le colis est balloté d’un sens à l’autre sans être ménagé. Tu fronces les sourcils et te concentre un tout petit peu. En effet, tu as tellement l’habitude d’utiliser ta magie qu’elle est devenue presque instinctive. Tu sens comme des bras invisibles qui sortent de tes épaules et s’étendent à une taille de deux bons mètres. Tu tiens plus fort le paquet et, comme si tu bougeais ton propre bras, tu donnes un coup sec dans le vide, juste devant toi. Invisible contre invisible, la personne ne peut l’avoir vu et se retrouver projetée sur le côté. Gagné pour toi, tu roules difficilement et te retrouves sur tes genoux, haletant.
 
Par reflexe, tu serres le colis tout contre toi avec tes deux bras maigrelets, faisant sortir par plus de concentration les trois autres extensions mentales de ton dos, complètement invisibles. Maintenant, tu cherches à savoir de quoi il s’agit, ce n’était pas vraiment très lourd, alors qu’était-ce ? Un enfant ? Peut-être, mais pourquoi volerait-il ? Tu ne sais pas, tu n’as pas envie de chercher. Bien que tu ne veuilles pas te battre, deux de tes extensions mentales attrapent chacune une épée et se mettent en position de défense. Tu sais que tu tiendras vingt minutes, pas plus.
 
Maintenant que tu étais protégé, deux autres vecteurs restant en l’air, tu es en alerte, mais tu ne peux te résoudre à rester muet. Ton expression parait déjà plus mature, les sourcils légèrement froncés, les larmes ne coulent plus, te voilà en train de défendre quelque chose d’important pour quelqu’un, Nearian, tu deviens mature.
 
-Qui est là ? Qu’est-ce que vous me voulez, tu demandes d’une voix assez forte et grave par rapport à ta voix habituelle.

[Vraiment désolée pour le retard, je suis fortement occupée ces temps-ci...]


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pleureuse Invisible

XP : 75


Journal Personnel
Alliance : Neutre
Capacités & Magie :
Relation :



Riha◊ Pleureuse Invisible ◊


MessageSujet: Re: Ô mon petit paquet, que contiens-tu mon beau paquet? [pv Riha] Mer 24 Juil - 20:06

L’effet de surprise n’avait pas marché, c’est ce que pensais Riha quand elle vit que le colis ne venait pas dans ses bras, que le garçon restait accroché à ce misérable paquet. Elle aurait peut-être dû partir, mais sa mission en tête, elle pensait qu’en insistant un peu, il finirait par lacher d’autant que son étreinte commençait à faiblir, contrairement à la sienne. L’Ath, elle, ne s’était pas pris un coup dans le dos. Cela aidait. Tentant désespérément de prendre le paquet, la jeune fille ne vit pas le coup de poing arrivé. D’ailleurs, aucun être vivant sur cette terre n’aurait pu le voir venir, pas même celle qui était capable d’être invisible.

Riha cria deux fois, quand elle se prit cette main sortit de nulle part dans les côtes et la deuxième fois, c’est quand elle se prit le mur sur lequel elle fut projeté. Deux cries, très bref, mais témoignant d’une douleur intense et surtout, la faisant définitivement repéré par Nearian. La tête contre le sol, encore invisible, elle se releva péniblement, ses membres tremblaient, elle n’était pas taillé pour le combat et surtout, avait beaucoup de mal à supporter la douleur. On pouvait sans doute entendre des petits gémissements qui sortaient de sa bouche et les larmes qui coulaient le long de ses joues transparentes avaient gagnée en débit.  Elle avait tellement eut mal. Ce n’était sans doute pas aussi douloureux que les séances avec son maître, où elle se faisait littéralement charcutée son épaule ou se trouvait l’excroissance qui était l’ingrédient principale pour les potions de vérité, mais cela restait tout de même intense et elle eut beaucoup de mal à se relever et surtout, à reprendre son souffle, coupé pendant un court instant, et ses esprits, légèrement embrumée par la situation qui avait tournée aussi brutalement.

Cependant, elle cessa de se lamenter, se souvenant de sa tâche et aussi des paroles de son maître qui résonnait dans sa tête. Il fallait qu’elle récupère le colis, à tout prix. Cependant, elle vit que deux épées semblaient flotter en l’air, ou, plus précisément, que des mains invisibles, extrêmement long et surtout extrêmement souple, les tenait. Et ce jeune homme qui tenait si fort ce colis. Riha ne savait que faire. Devait-elle tenté le coup quand même, au risque de se blesser ? L’effet de surprise, sa meilleure arme, ne pouvait désormais plus l’aidé et elle sentait qu’elle n’était pas en état de se battre. D’ailleurs, le maître n’avait jamais beaucoup apprécié que la jeune fille fasse couler du sang, celui de quelqu’un d’autre ou le sien, lorsqu’elle devait remplir une mission. Elle s’appuya contre le mur et jugea que la situation était trop dangereuse, il fallait qu’elle soit patiente.

Tout à coup, la jeune fille redevint visible. Pendant la petite bataille et pendant le choc, elle n’avait pas pu boire ses précieuses larmes qui la rendaient transparente. Et Nearian pouvait voir son fameux attaquant. Une jeune fille, complètement nue de la tête au pied et qui ne semblait point gênée de cette situation assez originale, on pouvait voir qu’elle n’avait qu’une quinzaine d’année et que de long cheveux blonds encadrait le visage. Un visage, où des larmes coulaient en continue le long de ses joues. Et ce regard… On aurait dit qu’elle vous accuse de la rendre si triste, que vous êtes le coupable d’une quelconque douleur qui la fasse autant pleurer. Il n’en est rien. C’est son expression normale quand son maître l’envoi accomplir un devoir, ingrat ou pas. Le fait qu’une jeune fille nue, le visage en larme apparaisse à vos cotés comme si elle avait toujours été là pouvait paraître assez surprenant, mais ce qui devait surtout choquer, c’est cette fameuse excroissance sur son épaule. On aurait dit un arbre, le tronc d’un arbre, plus précisément, qui avait planté ses racines et qui désormais, faisait partie d’elle, comme un parasite. Sauf que ce n’était pas un parasite. C’était son épaule.

A partir de ce moment-là, on pouvait tout de suite comprendre que c’était une Ath, une créature fabriqué sur-mesure dans un but précis. Et bien celle-ci n’était pas faîte pour les baguarres- vu la constitution assez fragile qu’elle affichait-, ni pour la séduction -ce n’était certainement pas une des plus belle femme du monde- et enfin, surtout pas pour communiquer avec le beau monde. C’est pour cela que la jeune fille ne répondit pas aux deux questions qui lui était posé. Son maître lui avait formellement interdit de parler avec des inconnus car, même si ce n’était qu’une esclave, elle possédait une excellente mémoire et était probablement un des éléments des Ombres qui avaient le plus d’informations importante. Riha se contenta se le regarder, une main sur son flan qui la faisait encore un peu souffrir – une cote qui s’est cassé ? – puis elle porta sa main jusqu’à ses lèvres et elle bu ses précieuses larmes, les avalant comme si c’était une eau précieuse et indispensable pour elle, malgré leur apparente abondance.  Une minute se passa encore avant que la jeune fille disparut de nouveau, elle se déplaça rapidement, pour pas que le jeune homme est l’idée de la clouer contre le mur. S’il l’avait touché, c’était certainement parce qu’il avait eut une idée assez précise de sa position –assise sur lui, c’était on ne peut plus claire-. Elle se disait, ou du moins l’espérait, qu’il n’allait pas se risquer à lancer des coups dans le vide pour la retrouver.

Sa main se détacha finalement de ses côtes, cela ne servait à rien, il fallait qu’elle serre les dents et qu’elle évite d’émettre un nouveau pour ne pas se faire repéré. Elle savait désormais qu’elle ne pourrait pas gagner contre lui en face à face. Trop dangereux pour elle et surtout, son maître ne veut absolument pas qu’elle se fasse capturer ou pire, tuer. Que faire ? Et bien, respecter les consignes du maître. « Essaye ». C’est cela qu’il avait dit. Cela pouvait se traduire par le fait qu’elle pouvait se permettre l’échec sur ce point et qu’elle pouvait se rattraper plus tard. Elle s’éloigna un peu de Nearian, ne laissant sur son passage que du silence puis, une fois qu’elle jugea qu’elle était suffisamment loin pour esquiver un potentielle coup mais suffisamment près pour le suivre, elle attendit. Elle récupéra le colis plus tard, soit sur le chemin ou alors à la barbe des gens qui avait demandé la livraison du colis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Freelancer au Coeur Pur

XP : 51


Journal Personnel
Alliance : Neutre
Capacités & Magie :
Relation :



Nearian Dyfried◊ Freelancer au Coeur Pur ◊


MessageSujet: Re: Ô mon petit paquet, que contiens-tu mon beau paquet? [pv Riha] Jeu 22 Aoû - 12:06

Tu lui as fait mal Nearian. Les deux cris retentissent le long des hautes parois des maisons. Tu détestes faire mal, et tu te sens déjà coupable. Tu en as fait trop? Tu as tapé trop fort? Ça te fait de la peine. Tu as deviné que c'était une fille dans le tas, avec la voix frêle et aiguë. Tu suis de tes grands yeux cyans le cri et le bruit qui s'en suit. Elle s'est écrasée contre un mur, ça a du faire mal, très mal. A vrai dire tu ne contrôles pas vraiment la force de tes bras extensibles. C'est pour cela que tu es incapable de soulever quelque chose d'organique sous peine de le broyer ou de le faire exploser. 

Tu tends l'oreille, tes sens sont en éveil. Tu as appris à les utiliser, ça fait partie de ton entrainement. Tu écoutes, silencieux. Elle ne veut pas te répondre pour finir, pas une parole n'est prononcée. Très bien, tu ne cherches plus à dialoguer. Elle est invisible, peut-être est-elle muette avec ça. Tu ne voudrais pas lui rappeler, alors tu fermes la bouche et te concentres. Tes yeux cherchent ce qui n'est pas visible. Tu entends de faibles gémissements et des froissements de quelqu'un qui bouge. Maintenant que tu es en position de combat, tu es capable de la localiser, tant qu'elle ne se met pas à bouger partout. Mais il semblerait que non, et tu gardes ton regard braqué sur le vide qui doit la cacher. Tu es prêt à contre attaquer, mais ce n'est pas toi qui va chercher à la mettre hors d'état de nuire. Tu te défends, rien de plus, rien de moins. Elle va peut-être abandonner, qui sait, et là, personne n'aurait plus mal. C'est tout ce que tu veux, petit Nearian pur et au grand cœur. 

Tout à coup, une personne apparaît. Mais pas une personne normale non. Non, pas du tout. C'est une jeune fille plus jeune que toi. Au visage baigné de larme, encadré par de longs cheveux blonds. Elle est totalement nue. Mais ton regard avant tout se pose sur l'arbre qui orne son épaule, profondément attaché dans sa peau. Un monstre? Tu croises son regard, il est si triste. Est-ce toi qui la fait pleurer ainsi? Tu te sent encore plus coupable. Tu ne sais pas que tu peux faire si mal. Tu te sens également mal à l'aise, elle est nue la gamine, et elle s'en fout complètement apparemment. Tu détournes le regard, gêné. Réflexion rapide. C'est une Ath, il n'y a pas à discuter. C'est Maarsh qui t'a tout appris, et il en avait, des Aths. Ils étaient tous beaux, mais certains portent de drôle de caractéristique, pour pouvoir remplir plus facilement leurs rôles. Un gros arbre sur l'épaule de cette fille, ce ne peut être qu'une Ath. Pour se balader sans vêtement, et sans complexe, ce doit être ça. A vrai dire, tu te dis que si elle reste invisible tout le temps, un habit ne sert que peu. 

Immobile, tu te forces à la regarder, pour ne pas manquer une hypothétique attaque, mais tu restes sur son visage. Il est si triste, ça te rend aussi triste, d'ailleurs, cela se reflète rapidement dans tes yeux cyans. Tu as l'air aussi triste qu'elle maintenant, tu n'as même plus rien de menaçant. Trop empathique Nearian, ta petite soeur te le dit bien trop souvent. Tu sentirais presque les larmes monter, la voir pleurer t'en donne l'envie également. Trop sensible également non? C'est ton ennemie, elle a essayé de te voler ton précieux colis, elle compromet ta chère mission très bien payée et toi, tu te sens triste de lui avoir faite mal. Trop étrange Nearian, tu devrais grandir un peu. Pourtant tu ne peux pas t'empêcher. C'est une Ath, elle ne fait surement pas ça pour elle, c'est une esclave. Elle ne gagnera rien, si elle rate, elle se fera surement salement punir. Tu le sais, tu l'as déjà vu. Alors de lui avoir fait mal, ça te fait de la peine. Tu ne peux pas lâcher ton colis, tu ne peux pas abandonner, tu ne veux absolument pas. Mais à quel prix? La souffrance d'une jeune fille.

Elle disparaît soudainement. Aurait-elle renoncé à le reprendre? Tu balayes l'endroit du regard, abaissant ta garde. Tu ne tiens pas indéfiniment en tenant tes armes. Elles se rangent toutes seules à ta ceinture. Tu secoues la tête, ce n'est plus le moment de penser à ce qui va arriver à la jeune fille-arbre quand elle rentrera chez elle. Tu te repasses ce qui vient de passer, elle a... bu ses larmes? Ses larmes qui coulent sans discontinuer, elle les a bue et a disparu. Ce sont donc ses larmes, tu comprends. C'est un étrange pouvoir, mais le tien l'est également si on réfléchit comme cela. Ta garde est abaissée, mais, même si tu sembles sans défense, tes quatre bras sont de sortie et près. Ils sont en position défensive, comme la plupart du temps. Deux derrières, deux devants. Tu n'as pas d'yeux derrière ta tête, évidemment, mais ils font également bouclier, tant que le coup n'est pas trop puissant. Cette Ath n'a rien de puissant, tu l'as vu, elle n'est absolument pas taillée pour se battre. Les attaques fourbes, c'est tout ce qu'elle semble faire. Elle n'a même pas d'arme, que pourrait faire cette jeune fille contre un jeune homme muni de cinq épées et de flocon pouvant lui permettre de s'envoler loin d'elle? Non bien sûr, c'était trop risquer, la transformation prenait bien trop de temps et cela laissait à la petite voleuse bien assez de temps pour lui prendre son colis si précieux. 

Tu reprends la route, le colis serré contre ta poitrine. Tu ne peux pas perdre, jamais, tu as besoin de cet argent, c'est vital pour ta famille, pour Hélina, pour toi. L'abandon n'est pas admis dans ton vocabulaire. Concentré, vraiment concentré. Tes bras sont en alerte, près à tout pour... l'attraper. L'attraper Nearian? Pour quoi faire? Il n'a vraiment que toi pour avoir des idées pareilles. Et tu ne peux pas l'attraper, tu le sais, tu la tuerais avec tes bras. Une autre idée? Le colis se soulève de tes bras et prend la direction des airs. Il est plus en sécurité dans tes bras extensibles, bien au dessus de ta tête, et bien agrippé par deux de tes bras. Tu as une idée derrière la tête. Paré à tout, tu as envie de réponse, pour te rassurer. Ça risque de faire mal, tu risques de verser quelques larmes également, mais tu es très curieux pour une fois et ça t'occupe une bonne partie de l'esprit. Cependant, il faut bien que tu te concentres un peu sur la route ou tu vas tomber sur un déchet qui traîne, ce serait vraiment embêtant. Tu regardes le colis, à deux mètres en dessus de ta tête. Ce serait étonnant qu'elle puisse arriver jusque là. Alors, à moins qu'elle ne te fasse perdre ta concentration, ce serait étonnant qu'elle l'attrape. 

Des fois, tu es vraiment content d'avoir ta magie, tu accélères le pas. Ça te pompe aussi pas mal d'énergie, donc vaut mieux que tu te dépêches Nearian, ou tu n'arriveras jamais à bon port, avec ton colis tout du moins. Tu scrutes les environs très sombres sans aucune difficulté avec ta capacité de Shyn. Le soleil est loin d'être couché, et pourtant tu t'étonnes toujours de l'obscurité de ces lieux. A croire que c'est fait exprès.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé◊ ◊


MessageSujet: Re: Ô mon petit paquet, que contiens-tu mon beau paquet? [pv Riha] Aujourd'hui à 14:57

Revenir en haut Aller en bas

Ô mon petit paquet, que contiens-tu mon beau paquet? [pv Riha]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» JOEL POURQUOI VOTRE PETIT INOSANG A SI PEUR DE LA PRISON ET DE L'EXIL ???
» Petit besoin (d'un Courant) d'air
» Un petit caniche ou bichon ? 3 ans maltraité (60) ADOPTE
» MILOU petit croisé bichon gris 7 ans au Beaussart ADOPTE
» recherche chien/chienne de petit poids (environ 2-3 kg)REGLE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shi-Telara, la Cité-Monde :: Midalys la Basse :: ¤ Les Ruelles ¤-